La forme de l’eau : 4 oscars mérités ?

 

 File:Logo The Shape of Water blau.svg

C’est un film qui avait fait du bruit pendant le festival et la bande -annonce m’avait donné envie de le découvrir (si vous voulez voir la bande-annonce, c’est par ici >click<). Et puis c’était le printemps du cinéma, un excellent prétexte pour y aller  !

L’histoire débute ainsi :  une femme de ménage d’un centre aéronautique découvre avec une amie une créature aquatique avec laquelle elle va entretenir dans le plus grand des secrets des liens. En effet, cette employée est muette comme à l’image de la créature et elle lui apprend quelques rudiments de la langue des signes.

L’ouverture du film m’avait énormément convaincue :  des plans magnifiques réalisés sous l’eau avec cette impression d’évoluer dans un aquarium, de se sentir véritablement immergée était remarquable.

 Malheureusement la suite du film aura été une déception à plusieurs égards. Je trouve beaucoup d’aspects inexploités, ce qui empêche de donner une véritable profondeur au film. La créature n’est finalement qu’esquissée, on la compare à un Dieu mais sans que la dimension mystique soit totalement aboutie.

Et je retrouve d’ailleurs ce travers pour les études des autres personnages, que ce soit l’héroïne, le voisin, l’amie… Et pourtant le jeu d’acteurs est vraiment très bon !  Mais les personnages sont à peine brosser ce qui conduit à difficilement s’attacher à eux. Même le méchant que j’apprécie dans la première partie m’a paru caricaturé dans la deuxième. Les relations entre les personnages auraient pu aller plus loin :  par exemple je suis restée sur ma faim pour le lien existant entre l’héroïne et le méchant.

Les moments de poésie, bien que présents et agréables, se trouvent impactés par les défauts existants et qui malheureusement minent la production. Ainsi, le rythme de l’histoire m’a apparu parfois bancal :  un début avec des longueurs et une fin toute en précipitation, il aurait été intéressant de s’attarder plus à certains moments.

Néanmoins, je tiens à souligner que les développements secondaires m’ont énormément plu et ce plus que l’histoire elle-même. Ainsi, dans le café servant des tartes il est possible de relever le racisme anti-noirs par le refus opposé à des clients de s’installer mais également le tabou de l’homosexualité incarné par un brusque changement d’attitude du serveur envers le client quand il apprend l’orientation sexuelle du voisin. De même il est possible de déceler une critique de la housewife américaine, femme d’intérieur qui doit être toujours arrangée mais surtout silencieuse…

Alors comme vous l’avez compris je suis mitigée. Je rejoins les critiques qui assimilaient ce conte fantastique à un remake de La Belle et la Bête & de E.T. mais en même temps il y a des points positifs nombreux que je n’ai pas pu m’empêcher de soulever.

C’est donc un avis mi-figue, mi-raisin… Et toi, quel est le tien ?

Publicités

4 réflexions sur “La forme de l’eau : 4 oscars mérités ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s